« Septembre, entre membres »

 
 
« Je suis allé à la rencontre du fondateur de la TIR…  Comment ne pas s’intéresser aux origines de notre association qui va fêter ses 20 ans cette année ?
C’est un homme de 104 ans, grand, élancé, à la chevelure grise et fournie qui m’a ouvert ses portes.
« Bertrand ? » demandais-je.
« Victor » me répond-il.
Je remarquais immédiatement sa tenue, des vieilles baskets trouées, un jogging noir et un tee-shirt noir. La tenue élégante de tout improvisateur…
« Bonjour Victor, merci de me recevoir dans votre demeure » lui dis-je en prenant soin d’articuler et de parler fort pour qu’il m’enetende.
« Je ne suis pas sourd bougre d’âne et ne me parle pas comme à un gamin qu’est- que tu veux déjà ? »
« Voilà nous fêtons les 20 ans de la TIR et je pensais que recueillir le témoignage du fondateur… » il m’interrompis immédiatement. « Pourquoi je ne joue pas le match prévu durant le festnoz I’m from Rennes le 15 septembre entre la TIR et les anciens de la TIR ? »
« Déjà ce n’est pas un festnoz mais un festival, puis ça me paraît compliqué vu votre âge, sans vouloir vous offencer »
« Tout les matins je fais des Ya, des branlettes de mammouth et des courses au ralentit, et pleins d’autres exercices d’impro. Je vous prends tous tout seul dans la patoche, je vous défonce ».
Je suis resté bouche bée devant cette sèche  répartie…. C’est alors qu’une dame vêtue d’un maillot d’arbitre de match d’improvisation entra :
« Joueur Victor, c’est votre deuxième faute personnelle, après la confusion, la rudesse, je vous demande de sortir » Victor s’exécuta sans discuter en laissant son tee-shirt sur le bras du fauteuil.
 » Qui êtes-vous ?  » demandais-je médusé.
« L’infirmière. Je suis obligée de m’habiller comme ça… Vous me l’avez mis dans un drôle d’état avec votre match du 15 septembre, quand il n’est pas content, il me balance son chausson, merci ».
Je pris le chemin du retour en songeant que l’improvisation conserve et que lorsqu’on y a goûté une fois, cela doit rester à vie dans nos veines….

Venez découvrir ce qui nous anime nous la TIR depuis 20 ans le 15 septembre 2018……. »

Antoine Delamarre, hisTIRien

⭐ LA TIR RECRUTE ⭐

La Troupe d’improvisation Rennaise recherche ses prochain.e.s comédien.ne.s ainsi que des bénévoles frais et dispos pour la saison 2018-2019 !

Si tu souhaites faire partie de la troupe, si tu es motivé.e et si tu as envie de t’engager à fond dans une association débordant d’hamour (humour + amour. C’est pas mon meilleur néologisme, déso) remplis vite ce formulaire :

⭐ https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSf6UYTbmk1Rbm6TJqAczKVWNELCGZ4TOAmt2iDQGAmxgPaXaw/viewform ⭐

Les Chaton.ne.s de la TIR seront ravi.e.s de t’accueillir dans la famille, alors viens, en plus il y a toujours des bières au frais et du cake au sarrasin !

P.S. : Une fois le formulaire envoyé, nous te tiendrons informé.e quant aux sessions de recrutement ! Date limite des candidatures : 09/09/18.

 

 

Such A Perfect Month

La scène se passe dans les méandres des serveurs du site de la TIR. 9h30, 01/06/2018. Les programmes de maintenance du site ont reçu la mission de publier l’édito du mois de juin. À la suite de cette demande, il est apparu qu’aucun édito n’avait été publié pour le moi de mai. Un rapport est donc en cours d’élaboration avant envoi.

« Est-ce qu’on a un moyen de le faire taire ? Plus la date approche, plus il chante fort. »

L’un des programmes lançait sa complainte en direction du lecteur audio dans lequel on pouvait voir s’égosiller Lou Reed, clamant qu’aujourd’hui, c’était « Oh such a perfect day », quand bien même c’était le cas depuis le mois de mars.

« Après le 2 juin 2018, 20:30 GMT+1, ça va s’arrêter, n’est-ce pas ? »

Les questions se poursuivaient, mais à l’instar des recherches sur la disparition de l’édito de mai, elles n’évoluaient pas vraiment.

« Et après, qu’est-ce qui va venir ? Une tempête de sable pour le cabaret du 15 juin ? Une simulation de fin du monde comme dans WarGames pour le mini-match entre la TIR et la CIBLE ? Moi j’en ai marre de l’imprévu dans l’improvisation ! »

Plus le temps avançait, plus on comprenait que le texte de l’édito disparu n’était en fait jamais arrivé jusqu’au serveur du site. Jamais il n’avait foulé les terres en friche du Cloud. Jamais il n’avait donné signe de vie. Et pourtant, les rapports relatent qu’il y eut fréquentation à Circus & Cie, au cabaret et au knatch.

Les éditos avaient-ils donc vocation à survivre ? L’enquête risquant d’être classée sans suite, nous continuons nos recherches, dans l’espoir de rétablir la vérité sur cette triste affaire de l’édito de mai.

[Ceci était un communiqué de la Police de l’Improvisation Numérique et Editocratique.]

PS : Afin de garantir le maintien de la qualité des spectacles et des éditos durant la saison 2018/2019, la TIR entame la préparation du recrutement dès à présent. Vous serez mis au courant par voie officielle, via un édito dédié dans le plus brefs délais. Salutations.

Tugdual.

Avril, remontons le fil.

Le samedi 14 avril prochain, la TIR reçoit la LISA de Saint-Etienne à la maison de quartier de Villejean à 20h30.

La LISA est une équipe très bien connue de la TIR et beaucoup de rencontres ont été jouées. C’est donc l’occasion pour nous avant ce spectacle de faire l’historique des matchs les plus marquant. Nous souhaitions vous préciser que nos archives remontent à 1928, par conséquent les rencontres précédentes n’ont pu faire l’objet d’une analyse.

Samedi 4 juin 1929 : La première

Les joueurs de la LISA partent le dimanche précédent. C’est le premier voyage en voiture pour une troupe d’improvisation. A cette époque la moustache est de rigueur et l’équipe masculine à 100 %.

Victoire de la TIR 9 à 7

Spectateurs : 41

Arbitre : Eugène Diaz

Samedi 17 mars 1958 : La mixité

Le match d’improvisation devient mixte. Sur la même longueur d’onde, les deux troupes décident d’un commun accord de composer leur équipe de 3 joueuses et 3 joueurs.

Victoire de la TIR 10 à 4

Spectateurs : 71 (dont 35 femmes)

Arbitre : Victor Diaz

Dimanche 14 avril 1968 : L’émeute

Signe avant coureur des « évènements », le match fait l’objet d’une révolte du public. Lassé de suivre les improvisations sans pouvoir s’exprimer, le public lance des pavés dans la patinoire. La fédération décide de donner un chausson à chaque spectateur à l’entrée du spectacle.

Match arrêté 

Spectateurs : 351 selon les manifestants, 84 selon les organisateurs 

Arbitre : Bruno Diaz

Samedi 20 janvier 1992 : La remontée

Personne ne pouvait imaginer ce qui allait se passer. Contre toute attente, la LISA mène 12 à 2 à la pause. Certains spectateurs quittent même les travées du tout nouveau Villejean. La suite appartient à ces moments que seul le théâtre d’improvisation peut offrir. Une remontée incroyable de la TIR ne laissant aucun point à une LISA complètement dépassée et médusée.

Victoire de la TIR 28 à 12

Spectateurs : 102 puis 88

Arbitre : Eric Diaz

Samedi 15 avril 2006 : La nuit la plus longue

La dernière improvisation du temps réglementaire voit la LISA égaliser à 6 partout et offre au public Rennais une prolongation après un match disputé. L’arbitre sort alors un improvisation comparée dont le titre est « pousse-toi de là que je m’y mette » dont la durée est de 3h. Le public se voit offrir 6h d’improvisation et quelques bouteilles d’eau aussi

Victoire de la LISA 7-6

Spectateurs : 135

Arbitre : Sylvain Diaz

Samedi 14 avril 2018 : …………

A eux d’écrire l’Histoire, à vous d’y assister……

Arbitre : François Diaz

Antoire Delamarre, historien

Ps : La TIR jouera également un Cabaret le vendredi 6 avril ainsi qu’un match d’improvisation contre la LIBAP de Paris le 21 avril !